Article Manche Libre : Ils recyclent des prothèses pour les plus démunis

Article Manche Libre : Saint-Lô. Ils recyclent des prothèses pour les plus démunis

L'équipe de Nav solidaire, dans les locaux d'OPR saint lô pour le recyclage des prothèses pour les plus démunis
Thomas Eudes, Laurent Lagadec, Antoine Michel, Stéphanie Chardinne et Erwan Calvier le mardi 9 juin. Le site internet et la page Facebook Nav’Solidaire sont lancés.

A Saint-Lô, cinq amis passionnés de voile souhaitent offrir une seconde vie à des prothèses afin d’aider les plus démunis. Ils ont fondé l’association Nav’Solidaire

Une deuxième vie pour les prothèses en faveur des plus démunis, tel est le mot d’ordre de l’association saint-loise créée il y a peu, Nav’Solidaire. « Ce que l’on apporte c’est une matière première aux personnes compétentes, qui pourront ensuite équiper les gens, mais aussi une vraie autonomie »,  détaille Antoine Michel, lui-même amputé et à la genèse de cette initiative, avec quatre de ses amis. Le jeune homme de 30 ans est patient du cabinet d’orthopédie OPR (Orthèse Prothèse Rééducation créée par Erwan Calvier et basé à Saint-Lô.

Un Don de quatre prothèses

En février, ce dernier expliquait d’ailleurs son projet « Il y a 80 millions de personnes non appareillées dans le monde. On en est à la création. Cette idée m’est venue soudainement, mes amis m’ont suivi, et puis nous sommes une équipe de voyageurs ». L’idée se concrétise aujourd’hui. Le mardi 9 juin, vers 13 h, il donnait rendez-vous au cabinet OPR, pour le lancement officiel de la récolte des prothèses et plus largement du projet. « On espère que c’est le début d’une grande aventure, tous les centres de prothèses vont être contactés ». Une boîte a d’ailleurs été installée dans la salle d’attente pour récolter les prothèses hors d’usage. « Nous allons en disposer dans chacun de nos centres (Avranches et Rennes) et ensuite chez nos confrères. L’idée est de faire connaître l’association. C’est le plaisir d’un projet qui se concrétise, se réjouit Erwan, soutien de la première heure.

L'équipe de Nav solidaire, dans les locaux d'OPR saint lô pour le recyclage des prothèses pour les plus démunis
Antoine Michel à l'initiative de Nav' Solidaire et Laurent Lagadec, premier donateur de prothèses, le mardi 9 juin - Dylan dupray

Ses fondateurs ont alors rencontré le premier donateur, Laurent Lagadec, qui a donné quatre prothèses. De quoi motiver la petite équipe. « Nous travaillons ensemble sur des prothèses. Habituellement, elles peuvent être jetées en déchetterie. Je lui en ai parlé. Il faut savoir qu’elles sont renouvelées tous les trois à cinq ans, elle s’usent et on les accumule », constate Erwan. Ce jour-là étaient présents Stéphanie Chardinne et Thomas Eudes, membres du club des cinq de Nav’Solidaire. Une autre étape a été franchie récemment. « Nous avons rencontré récemment à Bristol, l’association Legs 4 Africa, et mis en place une collaboration. On a fait un pas énorme ! Ils font déjà ça depuis sept ans. Ils sont notamment implantés en Australie, en Afrique occidentale, et maintenant en France grâce à nous. Nous allons commencer par le Sénégal et la Gambie, là-bas ils possèdent des centres partenaires », précise Antoine.

Faire de la sensibilisation

Un point est aussi non négligeable dans ce partenariat : la connaissance du terrain. « Ils ont un vrai retour d’expérience », ajoute Thomas, et ont « envoyés plus de 7 000 prothèses en sept ans », rappel Stéphanie. Pour aller en Afrique, Pour aller en Afrique, les passionnés de voile prendront la barre. « Notre démarche est de s’y rendre à la voile pour éliminer l’empreinte carbone. Nous avons dû revoir l’organisation avec la crise. Nous allons faire des allers-retours à Bristol pour se roder. L’idée est de regrouper les prothèses de Nav’Solidaire et les leurs, et ensuite de les transporter en Afrique quand on le pourra. » Le groupe recherche actuellement un bateau pour partir acheminer les prothèses en Afrique. « Nous sommes aussi en lien avec l’association ‘Passe Coque’ qui retape  les bateaux, » explique Stéphanie. « Ils redonnent vie aux bateaux, toujours dans la même idée : le recyclage. On ne cherche pas à être propriétaires, mais que l’on puisse nous en prêter un. Et puis nous avons aussi les compétences pour l’entretenir, ce qui peut-être un plus », complète Antoine, qui lui-même possède une formation en tant qu’agent de maintenance en marine plaisance. Lorsque ces derniers pourront voyager, ils aimeraient pendant les escales, sensibiliser le grand public à la question du handicap.

 

Des boîtes de prothèses made in Normandie

Pour accueillir les prothèses, les boîtes à destination des centres sont confectionnées localement. C’est dans celles-ci que les prothèses seront transportées. « L’établissement et service d’aide par le travail de Condé-sur-Vire possède un atelier bois, nous avons demandé un devis pour les réaliser », assure Stéphanie.

Pour tous savoir sur l’association et suivre différentes actions : navsolidaire.fr ou sur la page Facebook du même nom.

 

Retrouvez plus d'actualités sur les réseaux sociaux en cliquant sur les icones

OPR 

Rennes – Avranches – Saint-Lô

 

Si vous souhaitez plus d’informations ou prendre un rendez-vous pour un appareillage,

vous pouvez nous contacter directement dans l’espace

 Info-contact