Article La Manche Libre : Rencontre. Mordu de sport, Séraphin Périer dépasse son handicap !

Séraphin met sa prothèse à rude épreuve avec les multiples activités qu’il pratique. Du ski à la moto jusqu'à la salle de sport, il prouve que le handicap n’arrête ni la passion ni les exploits.

Amputé d’un pied, Séraphin Périer, 22 ans, originaire de Blainville-sur-Mer (Manche), pratique différentes disciplines sportives.

Mordu de sport, Séraphin Périer est parvenu à dépasser son handicap. Il est ici avec Erwan Calvier, son prothésiste et Adrien Rey-Dorène, son coach. 

Amputé d’un pied, Séraphin Périer, 22 ans, originaire de Blainvilles-sur-Mer (Manche), pratique différentes disciplines sportives.

Water-Polo, cross fit, moto… Amputé d’un pied au niveau du tibia à la suite d’un cancer à l’âge de 3 ans, Séraphin Périer est un véritable mordu de sports.

A travers ces différentes disciplines qu’il pratique deux et trois heures par jour, ce jeune homme de 22 ans a su littéralement dépasser son handicap.

Originaire de Blainville-sur-Mer (Manche), Séraphin pratique le water-polo à Granville depuis une dizaine d’années. Un sport exigeant, d’autant que le jeune homme évolue avec l’équipe de Nationale 3, parmi les valides.
Depuis peu, ce passionné s’est également initié, dans la salle situé rue des Métiers, au cross fit. Une discipline de préparation sportive regroupant l’haltérophilie et la gymnastique avec des exercices de conditionnement métabolique, de travail sur le cardio, etc.

 Des compétitions de cross fit

 
“Avant, de pratiquais essentiellement le water-polo. Aujourd’hui, je me concentre davantage sur le cross fit”,  rapporte le jeune j-homme. Soulever des charges, courir, ramener, nager, travailler l’équilibre… Au cours d’une séance de cross fit, Séraphin est amené à effectuer des exercices variés, ce qui a nécessité d’apporter quelques modifications au niveau de sa prothèse.

“Nous avons rajouté des éléments souples à l’emboîture pour apporter du confort, ainsi que des éléments en titane alliant résistance et légèreté, ou encore un amortisseur de torsion au niveau de la cheville”, rapporte Erwan Calvier, le prothésiste de Séraphin. Avant d’ajouter : 
 
Malgré tout, on ne peut pas dire qu’il y a les valides et Séraphin. Sa persévérénce, sa motivation font qu’il comble ses lacunes et que nous n’avons presque pas besoin d’adapter la prothése.”

 

En avril, Séraphin Périer a participé à une première compétition de cross fit de niveau national lors de laquelle il a décroché la première place en catégorie adaptive, tout en s’illustrant en catégorie générale. Désormais, le Blainvillais souhaite aller chercher des résultats sur des compétitions de niveau national et international.

Un article à retrouver sur le site de la Manche libre pour les abonnés en cliquant sur ce bouton.

Retrouvez plus d'actualités sur les réseaux sociaux en cliquant sur les icones