L’orthopédie dans la culture populaire

Depuis une dizaine d’années les prothèses se sont multipliées dans les œuvres de fiction et la culture populaire.

D’abord présentes dans des oeuvres de science-fiction comme Star Trek ou Star Wars, elles se sont peu à peu démocratisées et ce, de plus en plus décomplexées.

rick et morty prothese au bras orthopédie dans la culture populaire les prothese dans les series

De la représentation archaïque à l’ultra technologie

 

Dans la littérature et dans la culture populaire en général, les membres absents ont longtemps été représentés par des « jambes de bois » ou de « simples crochets » comme celui du célèbre Capitaine Crochet dans Peter Pan.
Quant à lui, le Capitaine Ahab, dans le roman Moby Dick perd d’une de ses jambes arrachées par le cachalot Moby Dick. Celle-ci sera remplacée par une jambe sculptée dans l’os de la baleine, le faisant ensuite marcher avec beaucoup de facilité.

La représentation très basique des prothèses changent radicalement dans les années 70 à 80 avec notamment le film Star Wars. 

Luke Skywalker perd l’un de ses bras lors d’une bataille de sabre avec son père, Dark Vador. Ce bras absent sera remplacée par un bras réaliste avec pour simple distinction un circuit électrique caché sous une trappe, se faisait totalement oublié par la suite.

La main artificielle de Luke Skywalker. Episode V : L'Empire contre-attaque (1980) orthopédie
luke le reveil de la force prothese de bras mecanique
Luke Skywalker et sa prothèse. Le réveil de la force 2015

 

De nombreuses années après les premiers épisodes, dans le réveil de la force en 2015, Luke y apparait avec une prothèse de main visible et totalement décomplexée signant une réelle évolution dans la représentation des prothèses.

Ce changement illustre parfaitement la démocratisation des prothèses dans la culture populaire et le cinéma du fait d’une plus grande acceptation et de l’évolution des effets spéciaux.

Alors au delà des possibilités des effets spéciaux, pourquoi cette fascination pour les prothèses dans le cinéma ces dernières années ? 

Loin de la réalité pratique, lorsqu’un héros de fiction perd un membre, il retrouve tout naturellement son autonomie par le port d’une prothèse haute technologie sans aucune rééducation et difficulté d’adaptation. Une vision de l’orthopédie fantasmée, loin des difficultés des patients au quotidien.

Rick, personnage du dessin animé Rick et Morty, ultra populaire depuis 3 saisons perd un bras lors d’un épisode et le remplace par une prothèse robotisée, l’utilisant en la branchant uniquement sur le membre restant.

On notera également Gazelle du film Kings Man qui possède des lames de courses orthopédiques aussi tranchantes que des sabres, qui subliment l’agilité et la rapidité de prothèses sportives.

Les prothèses sont dépeintes comme des outils technologiques sans limites qui tendent à procurer de « super pouvoirs ».

Furiosa dans Mad Max : Figure de l’émancipation en prothèse 

 
La plus célébré et honorable représentation ces dernières années est le personnage de Furiosa dans Mad Max.

Incarnée par Charlie Steron, Furiosa est un personnage complexe, affranchi et une véritable « dure à cuire ». Appareillée avec une prothèse de bras futuriste à l’aspect très mécanique, dans le respect de l’univers Mad Max, ce n’est pas l’objet « prothèse » uniquement qui caractérise le personnage. 

furiosa prothèse de bras dans le film mad max par charlize steron orthopédie et prothèse

Furiosa représente une personne amputée, capable de se battre pour ses convictions, aussi bien et voir même mieux qu’une personne valide.
Il ne s’agit donc plus du simple fantasme technologique mais le reflet de la personnalité de l’héroïne.
La volonté du personnage, son émancipation et l’acceptation de l’amputation en ont fait une icône pour de nombreuses personnes handicapées.
Nous pourrons malheureusement regretter que la majorité des rôles de personnes appareillées sont joués quasiment exclusivement par des acteurs hollywoodiens…sans prothèses.

Aucune représentation objective ? 

 

Le réel souci tient dans le fait que le handicap n’est pas représenté tel qu’il est vécu par les personnes appareillées. Les prothèses ne doivent pas apparaitre uniquement comme un fantasme technologique poussant vers l’homme augmenté et le Trans humanisme mais plutôt comme la mise en avant du handicap et de la diversité.

De rouille et d’os

 

de rouille et d'os film avec deux prothèse l'orthopédie dans le cinéma

En 2012 sort le film De rouille et d’os de Jacques Audiard. Sophie, incarnée à l’écran par Marion Cotillard, est une dresseuse d’orques dont la vie bascule suite à un accident de travail. Privée de ses jambes, elle se déplace en fauteuil roulant avant d’être appareillée avec deux prothèses. Chargé d’émotion et magnifiquement écrit, on voit l’évolution du handicap. De nombreux aspects de la vie des patients y sont représentés et abordés de manière juste, sans superflus, des difficultés de la rééducation en passant par la sexualité jusqu’à l’importance de l’entourage.

La publicité Samsung de ce début d’année 2018, bien qu’à des fins lucratives, a le mérite de mettre en avant une patiente appareillée de manière tout à fait objective. On y voit ses difficultés, sa rééducation et surtout sa progression. 

Espérons alors que ces multiples représentations continueront de s’ancrer dans la culture populaire afin de changer les préjugés et d’apporter une familiarité culturelle pour les prothèses et les personnes appareillées, notamment chez les enfants.